• • MARS 2017 • Le Pétrole est prêt à couler dans le Pipeline !


     

     STANDING ROCK SIOUX TRIBE 

     DÉCLARATION DU PRÉSIDENT DAVE ARCHAMBAULT II 

     La Lutte ne s'arrête pas Là ! 

      

    Article publié dans NATIVE NEWS ONLINE.NET STANDING ROCK SIOUX TRIBE CHAIRMAN RESPONDS TO OIL IN DAPL
    Par la Rédaction, 29 Mars 2017

    Traduction : Christine Orecchioni

     


    Dave Archambault II, Président Standing Rock Sioux Tribe
    devant la Cour Fédérale de Washington D.C., Février 2017
    Photo © Randall Slikkers

     

    Le Président de "Standing Rock Sioux Tribe" réagit sur le Pétrole Présent dans le Dakota Access Pipeline

     

    Cannon Ball, Dakota du Nord

    Ce jour, nous avons reçu des nouvelles sur le fait que le pétrole est maintenant présent dans le Pipeline récemment achevé.

    Le Président Dave Archambault II a déclaré :

    "Alors que nous sommes déçus que nos plaidoyers à la Cour et à l'Administration actuelle aient été jusqu'à présent ignorés, nous restons engagés à lutter contre la transmission de combustibles fossiles sales à travers notre Territoire, et à mettre un terme à l'écoulement du pétrole dans ce Pipeline".

    Et de poursuivre :

    "Standing Rock Sioux Tribe aimerait réaffirmer que, bien que ce soit un échec, et que ce soit effrayant, nous ne nous arrêterons pas à tout prix. Juste parce que le flux de pétrole est en cours ne signifie pas qu'il ne peut pas être arrêté par Ordonnance du Tribunal, et nous avons un Dossier important en cours devant les Tribunaux en ce moment. Nous épuiserons tous les appels. Nous demandons que nos alliés à travers le monde continuent à se tenir avec nous et à exprimer leurs opinions concernant la menace actuelle qui pèse sur l'eau potable pour des millions de citoyens américains.

    Nous vous demandons de ne pas être seulement avec nous, mais contre les dizaines de Projets proposés dans le monde qui mettent en danger la santé et le bien-être des personnes au nom des intérêts des Entreprises et de la corruption gouvernementale. Nous félicitons les Banques et les Gouvernements du monde entier qui ont renoncé à faire des affaires avec des Entreprises qui facilitent des pratiques d'approvisionnement en énergie et des infrastructures dangereuses, et continuent d'en faire autant."

     


    Lac Oahe, lieu de la traversée du Pipeline
     

     

     CHEYENNE RIVER SIOUX TRIBE 

     DÉCLARATION DU PRÉSIDENT HAROLD C. FRAZIER 

     Le Défi n'est pas Terminé !   

      

    Article publié dans TruthDig The Challenge to the Dakota Access Pipeline Isn’t Over: Cheyenne River Sioux Take Battle to Court
    Par Emma Niles, 25 Mars 2017

    Traduction : Christine Orecchioni

     


    Harold C. Frazier, Président Cheyenne River Sioux Tribe
    devant la Cour Fédérale de Washington D.C., Février 2017
    Photo © Cliff Owen

     

    Les Batailles Juridiques du Président de "Cheyenne River Sioux Tribe"

     

    "Nous ne reculons pas." déclare le Président Harold C. Frazier.

    L'enjeu est le Lac Oahe, qui est sacré pour la Tribu, et sa seule source d'eau potable. Le Dakota Access Pipeline est conçu pour transporter du pétrole sous le Lac. Une rupture du Pipeline serait dévastatrice pour la Tribu et de nombreuses autres dans la Région.

    "La Tribu utilise deux stratégies juridiques", a déclaré l'avocate Tracey Zephier (Cabinet Fredericks Peebles & Morgan LLP). Elle est Membre de la Cheyenne River Sioux Tribe.

    Le premier procès est fondé sur "les droits des Traités et sur l'environnement". Elle soutient que le permis de servitude pour la construction sous le Lac Oahe était "hâtif", et ne prenait pas en considération les droits issus des Traités tribaux.

    "Le Gouvernement Fédéral avait cette responsabilité envers nous, et ils ne l'ont pas respectée", a déclaré M. Tracey Zephier. L'affaire n'a pas encore été entendue, mais elle est optimiste quant à l'urgence de la situation qui fera en sorte qu'elle sera entendue en Avril, et décidée fin Avril ou début Mai.

    La deuxième requête est une réclamation déposée par la Tribu en vertu de "la Loi sur la Restauration de la Liberté Religieuse (RFRA)", arguant que le Pipeline enfreindrait ses droits religieux — une revendication contestée le mois dernier par le Juge du District, James Boasberg, devant le Tribunal —. James Boasberg a nié la réclamation du 7 Mars.

    "Si nous avions réussi à faire reconnaître cet argument, nous aurions pu arrêter la construction du Pipeline et arrêter immédiatement le débit du pétrole", a déclaré M. Tracey Zephier.

    Selon M. Tracey Zephier, la Cheyenne Rive Sioux Tribe fait appel de la décision devant la Cour d'appel des États-Unis, à Washington D.C.

    Mais le financement de ces batailles juridiques n'est pas facile, c'est pourquoi la Tribu se tourne vers la masse des militants #NoDAPL qui ont jadis promis de combattre le Dakota Access Pipeline à leurs côtés. La Cheyenne Rive Sioux Tribe a lancé une Campagne de financement sur "CrowdJustice", une plate-forme en ligne conçue pour aider les gens à couvrir leurs frais juridiques. La Tribu espère réunir $ 10 000 d'ici le 16 Avril.

    "Je pense que les Élections ont fait en sorte que beaucoup de gens reconnaissent la valeur des Tribunaux", a déclaré à Truthdig, Julia Salasky PDG de "CrowdJustice". Bien que son organisation reste neutre sur les cas qu'elle accepte, Julia Salasky a fait remarquer que le cas de la Cheyenne River Sioux Tribe correspond parfaitement à une Campagne de Crowdfunding.

    "C'est une Tribu qui utilise la technologie pour tenter d'attirer l'attention des gens à leurs problèmes", a déclaré Julia Salasky.

    "Nous concentrons beaucoup de ressources sur cette bataille", a déclaré M. Tracey Zephier, "donc le moindre petit soutien apporté financièrement, nous aide beaucoup."

    La lutte contre le Dakota Access Pipeline a d'abord reçu une couverture médiatique minimale, attirant les Médias que lorsque des milliers de "Protecteurs de l'eau", y compris les Vétérans américains, se sont rendus dans le Dakota du Nord pour protester. Maintenant que la plupart des manifestants sont partis, la Tribu espère que la bataille juridique sera reconnue.

    "Il y a tellement de choses sur le plan juridique, même si ce n'est pas toujours dans les Médias", a déclaré M. Tracey Zephier. "Il y a encore beaucoup de combats."

    "Nous n'avons pas la couverture médiatique que Standing Rock a eu." a reconnu M. Tracey Frazier. "La population moyenne du Dakota du Nord et du Dakota du Sud ne sait même pas ce qui se passe".

    Les Médias locaux, en particulier, ont rendu la tâche difficile pour les Tribus locales de transmettre leur message à l'ensemble des Résidents. Jordan Chariton, de "The Young Turks", par exemple, a pris en main l'écriture des informations locales du Dakota du Nord pour corriger les faits de rapports biaisés, accusant la Presse locale de "mal informer son public".

    "La machine Médiatique," a admis M. Tracey Zephier, "a craché des inexactitudes."

    Le Gouvernement Fédéral et les Médias traditionnels ont sous-estimé la menace du Pipeline en mettant en vedette "Standing Rock". En fait, le Dakota Access Pipeline affecterait de nombreuses Tribus dans la Région, et "un déversement de pétrole nuirait aux Tribus sur tout le chemin jusqu'au Sud du Mexique", a déclaré M. Tracey Frazier, parce que le Lac Oahe se nourrit dans la Rivière Missouri, qui alimente le Mississippi, et au final se jette dans le Golfe du Mexique.

    "Nous avons autant d'enjeux là-bas qu'à Standing Rock", a déclaré M. Tracey Frazier. "Tout le monde a été exclu. Nous n'avons jamais été consultés. Et n'avons-nous pas autant d'enjeux ?"

    Il est à noter que la Cheyenne River Sioux Tribe n'a pas reçu le Rapport d'Évaluation Environnementale du Gouvernement sur le Projet en Juillet dernier.

    "Les Tribus du Nebraska, trépignent d'impatience", est-il dit. "Il n'est fait d'aucune mention du Dakota du Sud, ou n'importe où en aval".

    La lutte est devenue plus difficile depuis que Donald Trump est élu Président. M. Tracey Frazier a accusé que l'application de la Loi a engendré une augmentation du taux d'arrestations des "Protecteurs de l'eau" une fois que Trump a pris le pouvoir.

    Inversant la décision du Président Barack Obama à la fin de sa présidence d'arrêter la construction du Pipeline, Trump a immédiatement pris des mesures agressives en faveur du Dakota Access Pipeline. Quelques jours après son entrée en fonction, Trump a signé une Ordonnance demandant au Corps des Ingénieurs de l'Armée de "revoir et d'approuver" le Pipeline "de façon accélérée". Son Administration a donné son approbation définitive à la construction début Février.

    "Je vois un grand changement", dit M. Tracey Frazier. "J'ai dit au B.I.A — Bureau des Affaires indiennes — depuis que Trump est là, vous avez pris un virage à  180°."

    Le B.I.A, qui relève du Ministère de l'Intérieur, a aidé les "Protecteurs de l'eau" à nettoyer les Campements #NoDAPL début Février. Et le nouveau Secrétaire de l'Intérieur, Ryan Zinke, a exprimé son soutien au forage pétrolier sur les Terres Fédérales.

    "Dans la Salle d'Audience, c'est certainement plus difficile," a ajouté M. Tracey Zephier. "Toute autre Administration ne présenterait pas certains des arguments ou des affirmations d'autorité que Trump essaie de mettre en avant".

    La Tribu est déterminée à continuer à se battre, cependant. "En aucun cas personne ne se sent vaincu", a déclaré M. Tracey Zephier. "Notre engagement dans cette bataille sera de longue haleine."

    La Tribu et M. Tracey Frazier espèrent que l'énergie et la passion des militants #NoDAPL se traduiront par un soutien à leur Campagne légale sur "CrowdJustice".

    "Le Gouvernement américain nous a trompé", dit M. Tracey Frazier, "mais le Peuple américain ne l'a pas fait."

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :