• • 2011 • Les News de la Rez ! (Archives)


     

     12 OCTOBRE 2011 : 

     LE RÊVE DE ROBERT 

     Devenir le 1er Président Américain Amérindien ! 

     

    ABC News,
    Par Joseph DIAZ

     

    Douze ans, Robert "Regarde à deux fois" (son Nom de Famille), semble être la quintessence de All-American Boy. Il est le "quarterback" de l'équipe de football de son école, Président du Conseil Étudiant, et l'un des meilleurs élèves de sa classe.

    Mais il n'a pas oublié ses racines Sioux Lakota. Contrairement à la plupart des enfants sur la Réserve, il garde ses cheveux longs, un symbole de force et il se produit au Pow-Wow, traditionnellement connu comme "Wacipis", où il est un champion de la Danse Traditionnelle Lakota. Ses gestes émulés, rituels exécutés par ses ancêtres. Robert a été inspiré pour commencer à danser par son grand-père, John Tail, qui avait un petit rôle dans "Dances with Wolves" (Danse avec les Loups). Il y a six ans, John est décédé, et Robert porte sur ses petits loups tenues dans sa mémoire.

    Impliquez-vous : Comment aider les enfants des plaines ?

    On nous explique son Nom de Famille, "Regarde à deux fois" est né parce que ses ancêtres ont été prudents et ont toujours pris un second regard.

         
    Robert "Regarde à deux fois"  I  © Elissa Stohler / ABC News


    Robert vit dans une roulotte avec sa grand-mère, son oncle et huit autres cousins. Quand il nous fait faire un tour, la remorque est en train de s'effondrer. "Elle se prépare à céder", explique Robert depuis la cuisine. La famille a également mis des sacs poubelle sur le plafond, car il fuit. "Quand il pleut, toutes mes chemises deviennent humides", dit-il d'une autre fuite dans sa chambre. Souvent l'électricité s'éteint et la famille doit utiliser les brûleurs de la cuisinière pour chauffer la maison.

    Ce genre de pauvreté est typique sur la Réserve. C'est le Comté le plus pauvre d'Amérique, et la Communauté de Robert, celle de Manderson, est connue pour son taux élevé de criminalité. Mais malgré toutes les tentations de la drogue et l'alcool autour de lui (il est estimé que le taux d'alcoolisme sur la Réserve est aussi élevé que 80 %), Robert reste concentré sur son objectif, d'être la première personne dans sa famille à aller au Collège, puis sur un rêve très grand.

    "Je veux être le premier Président Amérindien", dit Robert à Diane SAWYER de ABC News. "Je veux construire de meilleures maisons, nettoyer la Réserve, parce que c'est mauvais. Sortir les gens de la drogue et de l'alcool, et leur apprendre à dépenser cet argent pour leurs enfants. Construire une meilleure école et aire de jeux. Essayez d'obtenir un Centre Commercial ici-bas pour aider les gens à trouver du travail."


    Hidden America: Children of the Plains  I   © ABC News

     

    • 2016 •

     

     11 OCTOBRE 2011 : 

     LE RÊVE DES ENFANTS 

     De l'eau douce, du Bubble Gum, et un sac à dos ! 

     

    ABC News,
    Par Elissa Stohler

     

    Lorsque ABC News a rencontré il y a peu de temps, Tashina Iron Horse, elle avait 5 ans, une élève de maternelle bavarde et vivace. Maintenant, elle en a 6, elle est dans sa première année élémentaire, et elle nous dit qu'elle veut que Justin Bieber devienne son copain. Si elle pouvait, elle demanderait au Président Obama d'obtenir de "l'eau fraîche... du Bubble Gum... et un sac à dos." Elle veut grandir pour être Officier de Police, un choix de carrière inspiré par sa mère, Bobbie, qui travaille de longues heures en tant que Gardien de Sécurité.

    Impliquez-vous : Comment aider les enfants des plaines ?

    Tashina vit sur la Réserve Indienne de Pine Ridge, où la plupart des 30.000 à 40.000 habitants s'identifient comme Sioux Oglala Lakota, et se vantent d'une histoire culturelle riche et profonde, emprunt de spiritualité. Situé dans le Sud-Ouest du Dakota du Sud, Pine Ridge est l'une des 565 Nations Indiennes reconnues au niveau Fédéral des États-Unis. Il est également l'un des Comté les plus pauvre.

    ht Tashina au pow-wow 2020 111010 jt wblog Réservation Childs souhaits: Eau douce, Bubble Gum et un sac à dos
    Jeune Tashina Iron Horse, Concours de Danses Pow-Wow  I  © Elissa Stohler / ABC News

    Les Résidents de Pine Ridge vivent au milieu de la pauvreté qui rivalise avec celle du tiers-monde. 47 % de la population de Pine Ridge vit en dessous du seuil de pauvreté Fédéral, 65 à 80 % des adultes sont au chômage, l'alcoolisme endémique et une épidémie d'obésité se combinent avec les écoles sous-financées pour en faire un lieu sain pour grandir. Tashina vit dans un logement du gouvernement à Manderson, à 30 minutes au Nord du centre ville de Pine Ridge. Elle vit avec sa grand-mère, ses parents, ses frères et sœurs et ses oncles - parfois jusqu'à 19 personnes vivent dans la maison de trois chambres, qui a connu des jours meilleurs.

    Pour les décennies suivantes, la promesse du Président John F. Kennedy était de financer des projets de logements publics sur les Réserves Indiennes Américaines, un boom de la construction a commencé à Pine Ridge. Aujourd'hui, la plupart de ces unités construites dans les années 1970 et 1980 sont à des degrés divers de délabrement - un résultat, disent les critiques, dû à des coupures abruptes au budget du logement et de développement urbain, par la décision du Président Ronald Reagan dans les années 1980. Des logements publics qui sont aujourd'hui largement délabrés, où faute de budget on laisse les habitants combattre de la moisissure noire "Stachybotrys" dans les logements de la Réserve, plutôt que de construire de nouvelles maisons.

    Au milieu du désespoir, il y a des jeunes à travers la Réserve - comme Tashina - qui veulent percer le désespoir avec de grands rêves et de puissantes histoires.

    Alors qu'elle peut participer au Concours de Danses Pow-Wow, Tashina revêt magnifiquement sa tenue artisanale faite par son oncle Matthew. Matthew est un ancien de l'école secondaire qui, amoureusement coud et perle de ses mains le costume traditionnel de Pow-Wow de Tashina : châle, mocassins, robe et crin de chevaux. Lors du Pow-Wow, Matthew est constamment aux côtés de Tashina pour danser avec elle, et l'aider à s'habiller.

    Pour en savoir plus sur Tashina et les défis, qu'elle et les autres enfants de Pine Ridge, auxquels ils font face :

    RV Vendredi à 10h00, au "Hidden America : Children of the Plains", un 20/20 "Spécial", jetez un coup d'oeil car Tashina enseigne à Diane Sawyer certains de ses mouvements.

     

    • 2016 •

     

     24 AOÛT 2011 : 

     POURQUOI LES SIOUX REFUSENT DE VENDRE LES BLACK HILLS ? 

     Ou pourquoi les Sioux refusent 1,3 milliards de dollars ! 

     

    PBS NewsHour,
    Par Francine UENUMA & Mike FRITZ

     

    Les membres de la Grande Nation Sioux pourraient empocher une grosse somme mis de côté par le gouvernement pour prendre les riches ressources des Black Hills, loin des tribus en 1877. Mais les dirigeants disent "la Terre Sacrée n'a jamais été, et n'est toujours pas, à vendre !"

    Une jeune fille de Sioux Lakota au pow-wow annuel de Pine Ridge.  Photo par Mike Fritz.
    Jeune fille Sioux Lakota au Pow-Wow Annuel de Pine Ridge  I  ©  Mike Fritz
     

    Rapid City, SD

    La Réserve de Pine Ridge s'étend à travers certains des Comtés les plus pauvres des États-Unis. Tourmenté par un taux de chômage supérieur à 80 %, des terres arides, peu de perspectives pour l'industrie, des statistiques de santé catastrophiques, et des taux d'espérance de vie rivalisants avec ceux d'Haïti. Rien d'étonnant lorsque les étrangers demandent : "Pourquoi les 9 Tribus constituant la Grande Nation Sioux, y compris ceux de Pine Ridge, refusent résolument d'accepter 1,3 milliards de dollars du gouvernement Fédéral ?"

    Le refus pivote sur une querelle qui remonte au Traité de Fort Laramie de 1868, signé par les Tribus Sioux et le Général William T. Sherman, qui garantissait aux Tribus "l'utilisation non perturbée, et l'occupation" d'une bande de terre qui comprenait les Black Hills, une région du Dakota du Sud-Ouest riche en ressources. Mais en 1877, un an après la défaite tristement célèbre du Général George Armstrong Custer aux mains de Crazy Horse à Little Bighorn, et sans le consentement des "3/4 de tous les Indiens mâles adultes" prévu par le Traité, le gouvernement a saisi les Black Hills, ainsi que leur or, et a commencé à tirer profit de la terre protégée.

    En conduisant de Rapid City à proximité de la Réserve de Pine Ridge, il est facile de voir pourquoi les Tribus veulent récupérer une partie de cette terre inutilisée - et pourquoi elle a été morcelée comme elle est. Contrairement à l'étirement des terres arides qui englobent la Réserve, les Black Hills sont vertes, riches en ressources, d'une forêt épaisse avec l'odeur des arbres Ponderosa. S'étendant sur l'Ouest du Dakota du Sud vers les pays voisins du Wyoming, les Black Hills ont été un tirage au sort pour les touristes et les investisseurs. En plus de l'or, du bois et des minéraux qui ont été extraits, les bénéfices des récoltes étaient pour des personnes autres que les Sioux.

    Avance rapide jusqu'en 1980. La Cour Suprême a accepté avec les Sioux : la Terre, depuis longtemps établie, a été prise à tort, et 102 millions de dollars ont été mis de côté à titre de compensation. La valeur continue de croître bien au-delà des 1 milliard de dollars, mais les Sioux ne les ont jamais perçus.

    Un problème clé. Les Tribus disent que le paiement est invalide parce que la Terre n'a jamais été à vendre, et accepter les fonds reviendrait à une transaction de vente. Ross Swimmer, ancien fiduciaire spécial pour les Indiens d'Amérique, a déclaré que les fonds en fiducie demeurent intacts pour une raison : "Ils ne veulent pas d'argent, ils veulent seulement les Black Hills."

    "Les Tribus Sioux ont toujours soutenu que la confiscation était illégale, et que les Tribus doivent voir certaines de leurs terres ancestrales leur retourner, et ils ont maintenu cette position depuis 1877", a déclaré Mario Gonzalez, Conseiller Général pour la Tribu des Sioux Oglala, qui a consacré une grande partie de sa carrière à la question.

     
    Bataille pour Black Hills - Slide Show
    Réserve de Pine Ridge, Août 2011
    Célébration du 26e Pow-Wow Annuel avec musique et danseurs
      I  ©  Mike Fritz
     

    "C'est un groupe dur et difficile. Je suis étonné qu'ils aient été prêts à siéger aussi longtemps sans prendre l'argent !", a déclaré Swimmer.

    Mais ce ne sont pas seulement les ressources qui ont alimenté leur détermination durant toutes ces années - une des principales raisons de leur position persistante est que "les Black Hills ont toujours été un lieu spirituel pour les Nations Tribales", a déclaré Lionel Bordeaux, Président de "Sinte Gleska University" près de la Réserve de Rosebud.

    "Les Indiens Sioux sont très attachés à leurs Terres et en particulier les Black Hills, parce que c'est le Centre Spirituel de la Nation Sioux" a déclaré Mario Gonzalez. À ce jour, les Sites Sacrés et Récits Religieux sont souvent centrées autour des Black Hills.

    "Il m'a vraiment attristé de voir que nous avons quelques membres de la Tribu qui veulent accepter l'argent, et qu'ils ne réalisent pas le mal qu'ils vont faire, ils ne comprennent pas vraiment pourquoi nous disons que les Black Hills sont Sacrées", a déclaré l'ancienne Présidente du Oglala Sioux Tribe, Theresa Two Bulls.

    Néanmoins, les dirigeants disent que l'effort pour récupérer des parties des Black Hills est maintenant à la fois pragmatique et de principe : "comprendre que les temps ont changé, qu'ils ne peuvent pas éliminer les non-membres de la Tribu de ces Terres", a déclaré Mario Gonzalez, et demandent à la place une certaine combinaison de propriété fédérale, des terres inutilisées et la gestion conjointe ou des contrats de location. Sont exclus du débat les repères comme le Mont RushmoreEllsworth Air Force Base et des terres privées ou résidentielles.

    "Nous savons que les gens utilisent les Black Hills pour leur vie quotidienne, et il n'a jamais été notre intention d'enlever tout le monde", a déclaré Bordeaux. "Nous devons coexister. Mais nous aimerions avoir un certain type d'un plan de co-gestion pour certaines parties des Black Hills."

    Les Chefs Tribaux sont empressés de souligner que non seulement les 1,3 milliards de dollars représentent une fraction par rapport à la valeur monétaire de l'or, les minéraux et le bois extrait de ces Terres, mais ils sont basés sur la valeur au moment du Traité, et non pas le présent. Et de plus, s'ils étaient distribués sur une base par habitant dans les 9 Tribus, l'argent serait bientôt parti avec peu d'avantage permanent pour les bénéficiaires.

    "Si vous prenez l'argent, il serait [un] salaire de misère. Nos chiffres sont trop grands en terme de population, et les dollars seraient dépensés à la hâte... en une semaine, deux semaines, lorsque vous êtes fauché, et que vous n'avez rien", a déclaré Bordeaux.

    Two Bulls a convenu. "Si nous acceptons l'argent, alors nous n'avons pas plus d'obligations conventionnelles découlant du Traité que le gouvernement Fédéral a avec nous pour prendre notre Terre, pour prendre notre or, et toutes nos ressources sur les Black Hills... nous sommes pauvres aujourd'hui, nous serons plus pauvres quand cela arrivera", dit-elle.

    Les dirigeants doivent continuer à convaincre les jeunes générations à adopter leur vision à long terme. Tim Giago, qui est né sur la Réserve de Pine Ridge et a passé trois décennies en tant que journaliste couvrant la question, et les inquiétudes quant à cette tendance. "Je pense que les jeunes ne sont pas aussi sensibles à ces Terres. Il y en a beaucoup qui le sont, mais là encore, nous perdons beaucoup de gens."

    La question a été relancée ces dernières années par une offre faite par le Président Obama pour rencontrer les Tribus, si elles pouvaient venir avec une proposition unifiée et régler la question au Congrès. La tentative la plus importante faite au cours des dernières décennies a été un projet de loi qui a échoué présenté par l'ancien sénateur du New Jersey Bill Bradley, qui aurait retourné une partie des Terres. Mais dans les années qui ont suivi, la question a été largement en sommeil, et l'argent resté intact à Washington. L'offre de l'administration a soulevé une lueur d'espoir que la question pourrait enfin être résolue, 130 ans plus tard.

    À cette fin, les dirigeants du Conseil Tribal ont tenu une série de réunions pour tenter d'aboutir à un accord avec Washington. Le Hasapa (ou Black Hills) "Reparations Alliance" a été formé pour mettre les Tribus Sioux ensemble pour élaborer un plan qui pourrait être présenté à l'administration Obama. Une série de réunions sont en cours cet été et l'automne dans une tentative de parvenir à une position unifiée.

    Edward Charging Elk, un membre de la Tribu de Rosebud, a mis sur pied une telle proposition pour un projet de loi qui, dit-il est "réaliste et réalisable", qui se concentre sur trois éléments : le retour de 1,3 million d'acres des Black Hills, ré-étiquetage de l'argent en fiducie en tant que loyer, et ensuite s'entendre sur les termes de loyers futurs pour les ressources de la terre à hauteur d'environ 7 millions de dollars par an. Il espère que le plan pourra fournir un élan pour une solution mutuellement acceptable.

    "Je pense que le travail de la désunion est maintenant terminé. C'est une question de rouler vos manches, suivant un plan très simple que tout le monde comprend, et de le faire entrer au Congrès" dit Charging Elk.

    Two Bulls voit le compte à rebours des Tribus dispersées à travers les États du Dakota et du Nebraska dans un essai d'unification. "Il y a la jalousie, il y a les malentendus - au lieu de compromettre, au lieu d'en discuter et venir avec une solution, ils veulent tous leur propre voie, et nous avons essayé de leur expliquer, que c'est très important parce que nous allons manquer de temps".

    Giago a vu le "flux et reflux" du conflit, mais affirme qu'il est maintenant à un point critique avec le Président Obama qui arrive à la fin de son premier mandat. "Nous avons une très, très petite fenêtre d'opportunité pour essayer d'obtenir au moins un projet de loi présenté, et je pense que nous sommes encore trop loin de cela. J'espère qu'ils peuvent rassembler et obtenir un projet de loi, mais ça va être une course serrée."

    Et si le dernier cycle de négociations ne donne pas la réparation attendue depuis si longtemps, à la revendication territoriale des Black Hills que les Sioux cherchent ? Bordeaux prend la vision à long terme de la lutte apparemment insoluble sur les Black Hills : "Si cela ne se produit pas, nous avons été ici avant, et nous allons simplement sauvegarder, et nous regrouper, et aller de l'avant à nouveau."

    "Nous avons gagné la bataille contre Custer," dit-il. "Mais la guerre continue."

     

    Tom LeGro a contribué à ce rapport. 

     

    • 2016 •

      

     15 JUIN 2011 : 

     LA CRAZY HORSE RIDE ! 

     Dévouement historique d'une chevauchée. 

      
    Article en anglais, non traduit
    Lakota Country Times,
    Par Vi Waln, Correspondant


    Crazy Horse Ride 2011

    WINNER - South Dakota,

    The Native American Advocacy Program (NAAP) of Winner, SD, hosted its Annual Harvest Camp at the Wicoti Tiwahe (family camp) encampment 5 miles south of St. Charles, SD. Twenty eight (28) youth attended this year’s camp starting with erecting the 18 ft. tipestola (tipis) that they called home for four days.

    The group started each day with flag raising and flag song sung by members of the newly formed Mato Tasunka Wakinyan Okolakiciye Society (Bear Horse Thunder Society) who now serve as the youth leadership for the camps. Campers were greeted by 98 degree temps the first day and cool, cloudy days and rain for the remainder of the camp.

    The spring harvest was bountiful with Timpsila (wild turnips), Sinkpetawoyute (bitterroot) and wild Roses. Youth were taught how to find, harvest and prepare each of the items they harvested. Lorraine Walking Bull, of the Rosebud Reservation, Earl Bullhead of the Standing Rock Reservation, and Jerome Kills Small of the Pine Ridge Reservation each shared their experience and knowledge on various cultural topics during the camp as well as ran the Inipi (Sweat Lodge) for the girls and boys. The staff from the White Buffalo Calf Woman Society also offered a presentation on avoiding sexual assault and violence and gave gift bags for all the youth participants.

    Youth received training on "Question, Persuade, and Refer" (QPR) which is a life-saving, suicide prevention program offered by NAAP Executive Director and Camp Director, Marla C. Bull Bear, M.A. who is a registered QPR trainer. Young people from throughout the Rosebud Reservation along with youth from Nebraska and Illinois attended this first camp of the 2011 Season.

    In addition, NAAP staff was assisted by returning as well as new volunteers who served as drivers, chaperones and security for the camp. Jess Keesis, Mayor of Winner, Tony Spotted Elk, John and Gabrielle Iron Shell, Tara Makes Room for Them, Freddy Old Lodge, Amy Wehner, Curtis Hanson and Mitch Bull Bear all offered extremely valuable assistance to make this camp a great kick off for the camping season at Wicoti Tiwahe.

    
(above) Nebraska Governor Dave Heineman says "The Highway naming will assure that the Crazy Horse legacy will continue on" during Crazy Horse Highway Dedication. see story by Bamm Brewer page B2 p hPhotos courtesy of 2011 Crazy Horse Ride Nebraska Governor Dave Heineman says :
    "The Highway naming will assure that the Crazy Horse legacy will continue on"
    during Crazy Horse Highway Dedication.

    The next camp activity for Wicoti Tiwahe is the Isnati Awica Lowanpi, (coming of age ceremony camp) for young girls June 27-30, 2011. Also, the Equine camp will be held July 11-14. Interested Youth are encouraged to check out information online at: Native American Advocacy or calling 605-842-3977 Tuesday through Thursday. The camp is also available for private booking by calling 605-840-4417.

     

    • 2016 •

      

     09 JUIN 2011 : 

     LES EFFETS PERSONNELS DU GRAND "CHIEF RED CLOUD" EN VENTE ! 

     Pour lecteurs concernés. 

     

    Article en anglais, non traduit

    Over the phone that the reason I looked at this site and others over the years was because of a conversation that took place with a great grand daughter of Chief Red Cloud back in 1991. I had met her when I stayed with my sister in Fresno Co. CA.

    She must have been in her nineties and she told me a long story about how her mother said when Red Cloud got to where he could not see, that many white man came into his home and there was a shirt that was called Red Clouds shirt, and that one day this white man came to visit him, and it was said the shirt was there over a chair the night before, but after the white man came and left it was gone, and Red Cloud told his family the name of this man that came into his little house. And it was said that many things came up missing and that, that shirt was to go to Jack Red Cloud, but back then they could not do anything because they would be abused. And she told me that when some of the white men from the Army would go into his home on what they called a visit, things would always disappear, but again they could only watch over him, and the whites took advantage when he was alone, because they were watching. She said so many things where stolen, never to be seen again. She said it really hurt Red Cloud, but he wanted no trouble.

                     
$23,000                                      
$21,500 Beaded Hide Lakota Sioux (Brule) Leggings 1870
                                                      $ 23.000                                                $ 21.500 - Beaded Hide Lakota Sioux (Brulé)

    So from that story, I have over the years wondered myself about that said shirt, and I found one on the internet being part of a collection at the Smithsonian. There have been many pictures taken of it, and they call it "Red Cloud's Shirt". I am thinking it must have been that same shirt that was supposed to go to his son Jack.

    But yesterday I had some free time so I looked on this website that I know about and typed in the words (Red Cloud) in there search site, just to see what would come up and I could not believe it ??????? Now I am kind of thinking that this General Cook might have been one of the white men that came into Red Cloud's home and took some of his things. Why would this General Cook, have so many things belonging to Red Cloud and others ????? I think the Tribe should try to get these things back, they are historic, and maybe because they were stolen, have been kept out of the public eye all these years. Also anyone can write a note, (that so and so gave me these things), like the Gallery Seller says, Cook's grandson made notes about how each item was receive, but that does not make it true. We know that the army men stole a lot of things during those years and kept them, not saying anything about them, or they would have gotten introuble for stealing.

    This Seller states that General Cook said he recieved these items as Treaty Gifts while he was on duty in Pine Ridge ?????

    1870, Leggings

    This woman on this website called Rubylane says that these items are on consignment thru her store from a person that is consigning them, inherited them from General Cooks grandson. Each item is being listed for sale for close to or over $ 10.000 - $ 20.000 each. I will list all the items, and send a link so you can see them and include the info about the Gallery selling them.

    MAKE SURE TO DO THIS, READ UNDER EACH PICTURE, because she lists MORE AND MORE INFO about the item and other items she has. She says she has alot more things for sale not pictured ???? Red Clouds pipe and pipe bags, his leggings, his rifle, and many more things that belonged to Iron Tail and others for sale.

    
1872 Cheyenne Hair Pipe Breastplate 1872, Cheyenne Hair Pipe Breastplate

    My hope is that these items are recovered by the Tribe and saved. There is also a pictured of a Breast Plate that has been sold, but the lady knows who it was sold to, and could get it back!

    Note: and just so you know, we have not tried to contact this person, we wanted you or the Tribe to know about it first.

    The Sellers Gallery info:
    Rachel Uchizono
    868 Bluebird Canyon Dr.
    Laguna Beach, CA, 92651
    Tel: (949) 376-3420 or (949) 929-7073

    
$11,500
    $ 11.500

    This trade gun was originally owned by William Bent and came into the possession of Red Cloud through Bent's Cheyenne wife, Owl Woman sometime in the late 1850's. It was later "surrendered" to General Cook in 1870-1871 along with other items and weaponry. This Chief's grade percussion rifle features decorative brass patch box with original fabric wadding still inside the hinged opening. Punched decorative engraving, cutout hearts, rocker engraved metal brass inserts and William Bent's initials (W.B.) inlaid in silver wire with additional rocker engraving and small brass wire (tack heads?) decorations. Brass barrel and ram rod holders. All original hardware and "tiger maple" stock. (This laymen chief's grade gun achieved a tiger maple stripe by wrapping the finished stock in tar soaked rope which was then burnt in a fire to achieve the sought after striping so indicative of this period Indian gun.) Hand forged octagonal barrel is 37" with punch inlaid barrel end. Signed and engraved lock and hammer. This is a truly fabulous piece of American Fur Trade and Northern Plains Indian history. The overall patina of the wood and metal of this historic gun is wonderful to behold. The Indian items that we are selling are from the John Cook collection that was amassed prior to 1872. These items were consigned to my store by the person who inherited them from the 85 year old son of the Civil War General John Cook. This collection represents Treaty surrender weaponry such as knives, guns and tomahawks as well as gifts of clothing, pipe bags, and Catlinite carved pipes. General Cook served as Indian Superintendent at the Pine Ridge Reservation in the early 1870's following Red Cloud's War and these items are closely associated with the Ogalala Chief Red Cloud and the Brule Chief Spotted Tail (Sinte Geleska). Many items represent gifts from these two individuals specifically as well as other notable war leaders during this tumultuous time period for the Lakota and Cheyenne peoples. When the consignor inherited this large collection it had been well preserved in a large airtight tin meat storage container thus accounting for the excellent condition of the beadwork, quillwork and brain tanned leather pieces. I would like to emphasis that these are pre-reservation items acquired before 1872 and represent a truly unique and extremely valuable historical collection. The surrendered weaponry consisted mostly of outdated single shot percussion trade rifles of various grades made by Leman in Lancaster Valley, Pennsylvania. One of these was a gift to Red Cloud by William Bent and later "surrendered" to General Cook (who noted that the Chief was now seen carrying a new model Henry rifle). The quilled and beaded war shirts, bags and moccasins represent a glimpse into the history of a proud people and cultural heritage. Included in purchase is a photo copy of the book about General Cook by his son and personal notes of interviews with General Cooks son taken by the consignor. If a collector chooses to buy the majority of the collection I will include the original signed copy of the book.

    
$12,800 $ 12.800 - Trade Gun

    Thank You!

    Ernest and Jeanette White Eyes
    PO BOX 182 Pollock Pines
    CA, 95726
    T (530) 344 7508

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :