• • 2016 •

     SEPTEMBRE •

     

    Quelle heure peut-il être ? Il faut dire que depuis que nous sommes arrivés à Batesland dans la Communauté des Wakpamni, la notion de l'heure nous échappe quelque peu !!! Entre le décalage horaire et le choix d'avoir remisé nos montres au fond de nos sacs (!), l'Indian Time se révèle dans tout son naturel !

    Ce que je sais, c'est que je suis là, à même le sol dans ce mobil-home, enroulé dans ma couverture, que le blizzard soulève le pan de rideau au-dessus de ma tête, et que la pluie martèle le toit de notre maison !

    Nous ne sommes que fin Septembre !

    Jusqu'alors, je n'avais vraiment connu les couvertures indiennes qu'accrochées aux murs des Musées ou pendues sur les présentoirs des Trading Post !! Et pourtant cela fait quelques années que je voyage sur les Réserves ! Ce n'est que mon second voyage sur cette Réserve de Pine Ridge, mais je prends, cette nuit, toute la dimension qu'aura, sans nul doute, ce nouveau séjour en terre indienne !... et dans ma vie, et pour notre Association !

    L'année dernière, avec mon ami Jean-François, je comprends que nous avons fait un voyage plutôt «découverte» ! Bien sûr, nous avons mené à bien nos différents Programmes de livraisons de Propane, de distributions Alimentaire, de Parrainages Scolaire, mais certainement aussi avec une grande touche de naïveté !... propre à un premier voyage. Et cette année, je ne sens pas cette naïveté d'une première rencontre ! Je me revois, l'année dernière, rouler à vive allure sur les chemins sablonneux entre Allen et Potatoe Creek, et soulever des nuages de poussière rouge à notre passage ! Je me revois prendre et reprendre encore des photos de paysages, déjà dix fois couchés sur ma pellicule ! Bien sûr, nous avons assisté aux Cérémonies de la pleine Lune dans le Clan des Wakpamni, mangé avec les familles la soupe de chien, et transpiré (!) dans la Sweat Loge, nous avons communié avec les Esprit des Anciens, mais l'année dernière, peut-être (?) je n'ai pas vu ce qu'il fallait voir ??

    Est-ce le froid ? Est-ce la fatigue ? Où est-ce le trop d'émotions des dernières 48 heures ? Mais cette nuit, je me pose tant de questions ? Je pense à Lisa et à Doriane, mes deux filles, je pense à mes amis en France ! À vous dans l'Association, vous que je ne connais pas ou peu ! Je sais votre confiance et votre investissement dans la réalisation de nos Programmes pour PRES. Moi qui n'ai jamais vraiment eu l'âme d'un missionnaire !!! J'essaye de fermer les yeux ! Et si j'étais plus fort que le froid ??? My God ! Mais les images de notre arrivée sur la Réserve, les moments forts de Wounded Knee, et la rencontre avec les familles de la Communauté, chez elles lors de notre premier Programme, défilent dans ma tête ! Ce n'est pas cette nuit que je vais dormir !!!


    Nous sommes arrivés avec 24 heures de retard sur le Clan des Wakpamni ! Lyon-Paris, Paris-Cincinnati, Cincinnati-Denver, puis location de notre voiture, traversée du Nord Colorado, du Nebraska, et arrivée sur la Réserve ! Tout était écrit !! C'était sans compter sur l'interrogatoire d'un policier du Service Émigration à Denver ! Ayant repéré sur mon passeport, un précédent séjour sur la Réserve (tampon oblige !) nous avons été dans l'obligation de répondre à ses questions avilissantes (vraiment !). Résultat ? Nous n'avons pas eu notre avion pour Denver ! Obligés de prendre un vol Cincinnati-Atlanta, puis enfin Atlanta-Denver, nous avons perdu des heures précieuses pour la suite de notre voyage !!!

    Après une traversée du Nébraska, fantastique par la beauté de ses paysages, (nous avions déjà pu l'apprécier lors de notre précédent voyage par la route de Ogalalla à Martin), nous sommes arrivés sur Pine Ridge avec le soleil, enfin ce qu'il en restait ! Avant de venir ici chez Dennis Yellow Thunder et sa famille, nous avons tenu à nous recueillir sur le Site de Wounded Knee, et je dois avouer que nous avons fait là une rencontre aussi inattendue qu'exceptionnelle !

    Alors que nous étions dans le Cimetière, seuls, une voiture est montée sur le chemin caillouteux, et un homme s'est avancé vers nous ! Étrangement, mon premier sentiment a été plutôt, comme un sentiment de défense (stupide pour le ''blanc'' que je suis sur leur Terre Sacrée comme celle du Cimetière de Wounded Knee !!!) et je me suis senti presque dans l'obligation de me justifier ! Il a reçu mon discours ''de blanc'' avec un sourire ! En fait, ayant vu des ''touristes'' sur le Site à une heure aussi avancée du jour, il avait simplement pensé faire une dernière vente d'objets artisanaux à ces ''blancs'' de passage !! Nous avons longuement échangé et quelques temps après nous étions dans l'enclos Sacré à offrir du tabac aux Esprits des Anciens ! Nous étions tellement riches de cette rencontre et de ce geste ! Imaginez ! Des ''blancs'' sur le Site de Wounded Knee lancer dans le vent du tabac en offrande !!!

    Je garde de lui, un petit objet fabriqué de ses mains, je le retourne et je le regarde encore dans la faible luminosité qui vient d'une ampoule encore allumé près de la maison de Dennis, mais surtout je garde de lui la confiance qu'il a su mettre en nous, ses mots, son regard, sa poignée de main (à l'indienne) et son accolade finale !

    Nous sommes tout prêt du lac de Wakpamni. Une huitaine de mobil-homes sont regroupés le long d'un chemin de terre. J'aime ce lieu qui, au fil des jours me devient un peu familier, entre les carcasses des voitures et sous les aboiements des chiens de la famille Yellow Thunder.

    Je commence à connaître quelques familles du Clan Wakpamni. Ils portent dans le cœur, la sincérité de ces gens qui vous accueillent avec rien ! Je commence à comprendre leurs regards, leur dignité dans la misère ! Je ne comprend pas la langue Lakota mais aujourd'hui, j'ai bien perçu leur joie à nous savoir à leurs côtés.

    C'est le crépitement du lard jeté dans la poêle et les notes d'une chanson Country qui nous poussent à abandonner nos couvertures ! Dans la cuisine du mobil-home le grand-père et la grand-mère Yellow Thunder se sont levés avec les premières lueurs du jour ! Le long café américain fumant et l'omelette arrosée de sirop de sucre de maîs n'attendent plus que nous !

    Amélia Yellow Thunder, petite grand-mère Lakota toute ridée, a les yeux si bridés qu'elle semble nous sourire éternellement ! Je sais la difficulté pour eux de manger tous les jours et ce repas revêt pour nous une symbolique extraordinaire !

    Nous avions déjà ressenti cela avec Jean-François, lors de notre précédent voyage en compagnie de Marian White Mouse quand, à Rapid City, elle avait tenu à nous offrir le repas dans ce Restaurant de «blancs» ! Nous étions fiers de manger à sa table sous le regard étonné des autres convives ! Les indiens subissent un racisme omniprésent à Rapid City, première grande ville du Sud-Dakota au sortir Nord de la Réserve.

    Le grand-père Yellow Thunder, digne et beau dans son fauteuil, comme l'étaient les vieux indiens de Curtis, ne prend pas part à notre conversation. Il est assis à ma droite et il a déjà ce regard droit tourné vers le Lac de Wakpamni et ses crêtes circulaires ?

    A quoi peut-il bien penser, tout au long de la journée en écoutant sa radio ? Il ponctue notre conversation de quelques mmhm ! mmhm ! Il surveille que nous ne manquions de rien et que nos assiettes ne soient jamais vides !! Si tel est le cas, d'un petit geste discret, il invite sa femme à nous servir copieusement ! Nous ne savons toujours pas l'heure qu'il peut être ? Nous sommes à l'aube du troisième jour et cela fait déjà trois nuits que nous nous enroulons dans nos couvertures !! Je sais qu'aujourd'hui, avec Dennis, nous allons à Gordon dans le Nebraska pour réaliser la première partie de notre Programme Wakpamni 2006 ! Au Sud, Gordon est la ville la plus proche de la Réserve. Pour la famille Yellow Thunder, cette ville a été le théâtre de l'assassinat de l'oncle Raymond. Ce crime raciste perpétré par quatre «blancs» est resté à ce jour impuni !

    Je suis dans mes pensées quand le bus scolaire de Kyle arrive devant notre petit groupe de mobil-homes. En coup de vent la petite-fille de la maison passe embrasser ses grands-parents avant de monter dans le bus et son grand-père très discrètement lui glisse un billet d'un dollar dans la main. Ce petit geste anodin, que tous les grands-pères du Monde font pour leurs petits-enfants est, pour moi, comme une révélation !

    Depuis que je voyage sur les Réserves, je suis en quête d'une forme d'exotisme ! Je cours de Pow Wow en Musées, de Trading Post en lieux Sacrés, je veux voir des tipis et des plumes d'aigles, je veux fumer du tabac indien et ramener à la maison des objets pour accrocher aux murs ! Mais si la vraie Amérique indienne était résumée dans ce simple geste de ce grand-père ? En fait, ils vivent comme nous, ils sont comme nous, et aspirent au même bonheur que nous dans des gestes simples du quotidien ! Et si j'arrêtais là ma course à un exotisme suranné ? Si je dis aimer les Indiens et si je veux être efficace à leurs côtés, c'est dans le partage de leur quotidien que je dois être ! Et non dans les Pow Wow caché derrière mon zoom !!!

    Le Clan des Wakpamni est un Clan traditionnel, ils pratiquent les Sept Cérémonies Ancestrales dont la Danse du Soleil. C'est une évidence que leur avenir passe par le respect des traditions, et l'enseignement de leur langue maternelle, mais nos Cultures peuvent aussi s'enrichir des différences. A chacun de nos voyages, il y a une tradition à respecter, c'est l'échange des cadeaux de bienvenue ! En général, j'offre du tabac, du chocolat et des vêtements mais aussi des livres sur l'histoire de France afin de préserver les identités de chacun ! Cette année, nous ramènerons en retour une superbe couverture indienne ! Et du sable de Wakpamni !

    Je suis toujours dans mes pensées quand Stéphanie me dit que la salle de bain est libre ! Cette salle de bain me fait penser à une salle de bain de «La petite maison dans la prairie» !!! À la vue de la robinetterie toute neuve, j'ai une pensée pour mon ami Jean-François qui est, il faut le dire, à l'origine de ces robinets flambants neufs !!! Thank you JF mhmmm !

    Dennis arrive, flambant neuf lui-aussi (!) et nous voilà sur la route de Gordon ! Je commence à partager avec eux leur légendaire humour Lakota ! Grâce au succès de notre "Appel à Souscription" et donc à votre générosité, nous avons réuni près de $3200 pour notre Programme sur le Clan des Wakpamni. Vingt cinq familles composent ce Clan ce qui représente environ 200 personnes !

    Chacune des familles bénéficie, ou d'un bon d'achat pour du Propane, ou d'un bon d'achat pour de l'Alimentation. Afin de répondre au plus près à leurs besoins du moment, je n'ai rien imposé et Dennis m'a fait part de leur choix respectif.

    C'est ainsi que 11 familles ont un bon d'achat de $163 pour de l'Alimentation et 14 familles auront en Octobre un bon d'achat de $100 pour du Propane. A l'AG, si vous le souhaitez, je prendrai le temps de vous expliquer le pourquoi de la différence des montants entre une aide Alimentaire et une aide Propane !

    J'ai le sentiment que nous menons une action efficace pour les familles. Lors d'une rencontre avec Maurice Rebeix, pour PRES, il m'avait conseillé une politique à mener sur une Réserve qui se résumait ainsi : «Travaillez pour et avec un Clan (ou deux au maximum) mais si vous voulez être efficaces ne vous éparpillez pas sur de trop nombreuses petites actions» ! Avec ce second voyage, je prends conscience que si notre politique future n'est pas de favoriser l'assistanat, ce qui, on le sait bien ne peut qu'amener un état de dépendance, la réalité du terrain nous oblige à ne pas négliger quand même ses Programmes d'aides aux familles !

    Avec Marian White Mouse (et c'était son choix !) nous avions été à Rapid City pour acheter des lots de marchandises Alimentaires. Ce qui m'a un peu gêné dans cette formule, c'est que tous les lots étaient identiques et que les familles n'avaient d'autre choix que de prendre ce qu'on leur avait acheté !

    Cette année, nous avons retenu l'idée de Jean-François et nous avons mis en place un système de bon d'achat où la famille est libre d'acheter les biens de consommation propres à ses habitudes alimentaires (en présentant dans le magasin le bon qui est nominatif) !

    Nous roulons sur un chemin de terre détrempé et si l'année dernière, nous soulevions des nuages de poussière, cette année, je peux vous assurer que la boue nous colle à la peau ! Au sortir du chemin, nous allons ressembler à une grosse statue momifiée ! Par chance, nous avons loué une Jeep Cherokee ! Désolé, il n'y avait pas de Jeep Lakota !!!

    Sur les ondes de la radio de bord, Chester Knight nous chante son "Cold, cold world" ! J'évite tant bien que mal les ornières pleines d'eau et nous voici sur une portion de chemin un peu moins chaotique. J'en profite pour jeter un œil dans le rétroviseur ! Stéphanie et Elisabeth (la compagne de Dennis) somnolent. Dommage ! Elles ne verront pas le troupeau d'antilopes sur notre gauche ! Je suis toujours surpris de voir que sur la Réserve et dans le Sud-Dakota en général, le gibier se déplace encore en abondance ! Prudence d'ailleurs, car il n'est pas rare non plus, au détour d'un chemin, de découvrir au milieu de nulle part des chevaux ou des vaches en mal de liberté ! La chasse sur la Réserve est très réglementée avec, comme en France, un quota de gibier à ne pas dépasser, mais surtout avec une carte de chasse difficile à obtenir. C'est le Conseil Tribal qui délivre les autorisations. Aux entrées Nord (Scenic Badlands) et Ouest (route d'Oglala) cette réglementation est affichée à l'attention de tous ! Qu'en est-il du braconnage ?

    Tout au bout de la ligne droite, il y a la ville de Gordon ! Dans le Nebraska, une ligne droite peut très bien s'étirer sur 120 "mile"s !!! Je reste imperturbable !!

    Nous arrivons rapidement au supermarché, et nous demandons à rencontrer la responsable du magasin. Gordon est la première grande ville au Sud de la Réserve, et un bon nombre de familles Lakota viennent ici effectuer leurs achats.

    C'est vrai que ce supermarché ressemble, du coup, au Sioux Market de Pine Ridge ! Nous avons choisi Gordon plutôt que Pine Ridge tout simplement parce que la Communauté de Wakpamni, habitant au Sud de la Réserve, Gordon est plus proche pour tous !

    J'explique la démarche de notre Association à la responsable du magasin, nous discutons des formalités de paiement puis après accord, elle libelle onze bons d'achats nominatifs pour les onze familles à valoir sur des produits alimentaires. Avant de reprendre la route pour le Lac de Wakpamni, j'en profite pour téléphoner à Phil. Il devait faire ce voyage là avec moi et j'aurais bien aimé partager avec lui ces moments «pressiens» dans la réalisation de nos Programmes !

    La pluie fait une pause et le vent souffle à nouveau du Nord. Le ciel touche les crêtes tout autour du Lac. Avant notre départ pour Gordon, Amélia Yellow Thunder nous avait dit : «Demain, la neige arrive !». L'année précédente, Dennis nous avait expliqué qu'une fois la neige tombée sur Wakpamni, il n'avait plus d'autre choix que d'attendre le printemps pour sortir leurs voitures !


    Nous décidons de rendre visite aux familles et de distribuer les bons d'achats. Pendant l'hiver, nous avons effectué pour ces familles des livraisons de Propane et du coup les noms des familles ne me sont pas étrangers ! J'ai revu des visages que j'avais vu lors des Cérémonies de l'année passée et bon nombre des familles se souvenaient de ces deux français qu'ils avaient accueilli dans leur Clan.

    Bien difficile pour moi, avec de simples mots, de vous décrire ces moments d'émotion intense ! Comme par exemple, quand Rebecca Yellow Hair, très âgée, tient absolument à sortir de son mobil-home, à marcher vers nous avec son déambulatoire pour nous remercier et nous embrasser ! Difficile aussi pour moi d'expliquer à ces familles notre démarche associative depuis la France. Je fais de mon mieux avec les mots qui sont les miens pour expliquer notre Groupe. Dennis traduit en Lakota mais je n'ai pas les mots pour dire mon bonheur d'être là, à leurs côtés ! Et puis, qu'attendent-ils de nous autres «blancs» ? Justement plus nos mots et encore moins notre compassion car ils ne partagent pas, de toutes façons, leurs maux avec nous ! Je n'éprouve d'ailleurs ni souffrance ni nostalgie pour eux, et la seule chose qui m'anime, c'est d'être là avec eux !

    Décrire les mobil-homes perdus aux milieux des carcasses de voitures n'apporte rien de plus à ce que nous savons déjà, et loin de moi l'idée d'entretenir une prose misérabiliste ! La langue Lakota résonne à mes oreilles un peu comme la langue Bretonne au fin fond de la Lande du Granou !

    Les enfants jouent en toute insouciance autour de nous et c'est tant mieux ! Je vois bien leurs pieds nus et leurs vêtements déchirés ! Mais ils jouent ! Je sais que Phil veut que je fasse des photos pour témoigner, mais je ne sais pas faire !... pudeur ? Timidité ? Lâcheté ? Je pense à PRES en France (merci Phil pour cette création) et je suis heureux d'être membre de notre Association. Nous n'avons pas de gros budgets pour la réalisation de nos Programmes, mais grâce à la générosité de chacun, notre Association est présente et efficace sur la Réserve !

    Pendant que Dennis parle avec les familles, je peux prendre un peu de recul, et je comprends que, malgré leurs difficultés, ces familles Lakota continuent à s'exprimer à voix haute ! Peut-être encore plus les familles traditionalistes comme celles de Wakpamni ! Sur la Réserve, bien des familles se sont converties au Christianisme, mais la plupart adhérent à la Native American Church, et suivent les Cérémonies Ancestrales.


    Pour ces destinations spirituelles, une seule solution : en faire l'expérience !
    Richard Reix

    • 2006 • Sur la Réserve avec Stéphanie et Richard - "Programme Propane à Wakpamni" !


    votre commentaire