• CRAZY HORSE
    Tashunka Witko

    Ou L'Homme Étrange des Oglala

      


    Emplacement Crazy Horse, Fort Laramy

     

    • Avant propos •


    Par Philippe Creveau, Président "Piƞe Ridge Eƞfaƞce Solidarité"

     


    Mémorial Crazy Horse, Entrée Réserve de Pine Ridge

     

    Ayant une profonde admiration pour Crazy Horse, il m'apparaît normal de lui consacrer cette page, lui qui a tant fait pour son Peuple et dont le Nom, même au début de ce 3e millénaire, est encore vénéré parmi la Nation Sioux. Afin de l'évoquer, j'ai choisi 2 écrivains.


    Ian Frazier - La Réserve


    L'auteur a consacré un magnifique ouvrage sur la vie quotidienne des Sioux de la Réserve de Pine Ridge en ce début du 21e Siècle. Il évoque Crazy Horse.

    Extrait... Chapitre 1 - Pages 31, 32

     

    Lorsque j'étais jeune, mon héros préféré était le Chef Oglala Crazy Horse... Né vers 1840 à Bear Butte, non loin de l'actuelle ville de Sturgis dans le Dakota du Sud, au sein de la bande Oglala des Bad Faces, il grandit aux abords de Fort Laramie dans les plaines du Sud-Est de l'actuel État du Wyoming. Très jeune, il acquit une réputation en se distinguant lors de batailles contre les Crows et d'autres Tribus. Son immense célébrité provient de sa participation aux Victoires Indiennes contre l'armée, dont une aboutit à la mort du Général Custer et de plusieurs membres de son commandement lors de la Bataille de Little Bighorn en Juin 1876.

    Au Printemps suivant, Crazy Horse accepta de déposer les armes et prit le chemin de l'Agence de Red Cloud — première version de la Réserve de Pine Ridge, située dans l'Ouest du Nebraska. À l'Automne de la même année, l'armée l'arrêta et le tua dans des circonstances indéterminées et honteuses. Érigée en 1964 dans la Réserve, en bordure de la (US Highway) 18 à l'embranchement de la route menant au Village de Wounded Knee, une grande plaque commémorative présente sa biographie de façon relativement détaillée.

    Généralement, dans la Réserve, ce genre de plaque est la proie des vandales. Il semble que presque tous les lieux d'intérêt non gardés attirent tôt ou tard des giclées de peinture ou des jets de bouteilles de Budweiser. Mais je n'ai jamais vu le moindre graffiti sur la plaque commémorative de Crazy Horse ni le moindre éclat de verre sur le sol alentour. De toute évidence, même les soûlards les plus imbibés la laissent tranquille. Lorsque les inscriptions commencent à palir, quelqu'un se charge de les repeindre soigneusement.

     

    Mari Sandoz - Crazy Horse


    L'auteure a publié en 1942 la biographie officielle de Crazy Horse, après des années de recherches auprès d'amis, de compagnons, de guerriers qui avaient connus Crazy Horse. Une biographie exceptionnelle où la personnalité de ce grand Chef de Guerre nous paraît palpable et perceptible, "envoûtant" !

    En 1943, elle reçut la visite de soldats "Sioux" qui avaient entre leurs mains son livre. Après une "harangue à l'ancienne" l'un d'entre eux lut plusieurs extraits du livre. Mari Sandoz observait ses visiteurs guettant chaque hochement de tête signifiant leur approbation. À la fin, elle eut droit à un solennel et doublement serre-mains de la part de chacun d'eux qui valait tous les remerciements du monde.

    Si ce livre reçut un accueil plus que favorable de la part des "Sioux" c'est qu'elle écrivait "exactement comme parlaient ces bons vieux Lakȟóta"... et bien entendu, c'était exprès... d'où l'emploi de phrases d'expressions qui n'étaient pas "correctement littéraire" mais d'une force et d'une précision absolue pour comprendre, la pensée et la culture Lakȟóta... Bref, un chef d'oeuvre !

    Crazy Horse n'a jamais souhaiter se laisser photographier.

    Le 05 Septembre 1877 Crazy Horse trouva la mort à Fort Robinson dans le Nebraska. Mari Sandoz décrit ses derniers instants.

    Portrait succinct... Introduction - Édition du Cinquantenaire - Page 22
    Extrait...
     Chapitre 19 - Une couverture rouge de la part des siens - Pages 481, 482

     

    Pour un combattant, il était de petite taille, moins d'un mètre et 80 centimètres si on comptait comme l'homme Blanc, et si mince qu'on eût dit un Guerrier adolescent (...) Une seule plume se dressait à l'arrière de sa tête, ses longues tresses claires entourées de fourrure retombaient sur une chemise de daim dénuée d'ornement, et sa Winchester reposait dans un fourreau posé sur son genou.

    ————————

    Lorsque Worm fut emmené dans la pièce sombre et nue où veillait Touch the Clouds, il s'inclina devant l'homme bléssé et dit :
       - Fils, je suis là...
    Mais il n'y avait que la respiration, lente, oppressée, du sommeil-médecine, et le bruit du passage de la sentinelle au-dehors... La nuit avança en âge. Une lune ternie se leva et répandit sa froideur dans la maison des soldats. La respiration de l'homme endormi changea graduellement. Une fois ou deux, il remua un peu et, à chaque fois, Worm se pencha sur lui. Toujours rien. Puis, lentement, les yeux du Guerrier blessé s'entrouvrirent et parcoururent avec circonspection l'étrange domaine de ses ennemis.
       - Je suis là, dit Worm.
    Le fils le vit.

      - Ahh-h, mon père, murmura-t-il. Je suis bien mal en point. Dis au Peuple que ce n'est plus la peine de compter sur moi maintenant...
    Un instant, il sembla qu'il allait en dire plus ; sa tête s'inclina en arrière, ses yeux s'écarquillèrent et une longue tresse de cheveux clairs glissa lentement sur le plancher. Touch the Clouds la saisit dans sa large paume et la replaça avec précaution sur la poitrine de son ami. Puis, dans la lumière jaune que dispensait la lampe, les deux hommes pleurèrent et leurs larmes coulèrent comme la pluie qui délave les pierres vives - les pierres de cet ancien Pays du Nord de la Powder et de Yellowstone - car l'Homme Étrange des Oglala était mort.

     

            
                05 Septembre 1877, Arrestation de Crazy Horse à Fort Robinson                       Emplacement de l'Assassinat de Crazy Horse à Fort Robinson
                           © Dessin, Amos Bad Heart Bull (1869-1913)


     

    Crazy Horse Memorial

     

     


    À la question posée à Crazy Horse : 

       - Où se trouvent vos Terres ?

     

    Il répondit, en tendant le bras :

       - Mes Terres se trouvent là où repose mon Peuple.

     

     

     ———————————

     

                  Cliquer

       Crazy Horse Memorial

     


    Références

     

    Vous trouverez ci-dessous des liens exceptionnels tirés des "Wintercount Archives" relatives à Crazy Horse. Ces différents témoignages datant des années 1930 et rapportés par d'anciens compagnons de Tashunka Witko, vous plongeront au cœur de cette tragédie humaine.
     

    Crazy Horse Archives


    Documents concernant Crazy Horse - Tasunka Witko, publiés dans l'espoir d'aider d'autres passionnés à comprendre ce Chef célèbre mais incompris.

     Program for the Unveiling Ceremonies September 5, 1934 of the Lieutenant Levi H. Robinson & Chief Crazy Horse Monuments at Fort Robinson, Neb.

     Oglala Sources on the Life of Crazy Horse. Interviews given to Eleanor H. Hinhan.

     Interview with Little Killer, Oglala, S.D. July 12, 1930, Samuel Stands, Interpreter

     Letter from Dr. V.T. McGillycuddy to Eleanor H. Hinman, Interview Date of May 6, 1930

     "Crazy Horse Corralled"

     Interview with Red Feather, Pine Ridge, S.D. July 8, 1930, Interpreter, Mrs. Annie Rowland

     Interview with Red Feather, Pine Ridge, July 11, 1930, Interpreter, Mrs. Annie Rowland

     Interview with Short Buffalo (Short Bull) Sunday July 13, 1930

     Interview with Mrs. Carrie Slow Bear, Oglala, S.D. July 12, 1930; Interpreter, Samuel Stands

     Interview with White Calf, Pine Ridge, SD July 11, 1930; Interpreter, Philip White Calf

     Interview with He Dog, Oglala, S.D. July 7, 1930; Thomas White Cow Killer, Interpreter

     Interview with He Dog, at Oglala S.D. July 13th, 1930; Interpreter, John Colhoff

     Interview with He Dog, Oglala, SD, July 7, 1930; Interpreter, Thomas White Cow Killer

     Interview with He Dog, Oglala, SD July 13, 1930, Remembrances of Crazy Horse

     

     


    votre commentaire