• • 2011 • Témoignages de nos Adhérents Parrains/Marraines !


    • 2016 •

     OCTOBRE •



    Lors de notre Assemblée Générale du mois d'Octobre, nous avons réunis quelques témoignages de nos différents Parrains et Marraines !



    Mireille et Jean-François, sont Parrain et Marraine d’un jeune garçon qui vit à Pine Ridge.

    Ça se passe bien. Il faut du temps, maîtriser un minimum l’anglais est primordial. La correspondance se fait par courrier. Après des mois de silence ils ont reçu une longue lettre écrite de la main de leur filleul, ce qui est plutôt positif.

    ————————————

    Cécile, est Marraine d'une mamie de Kyle, Dolorès.

    Elle a eu la chance de la rencontrer en Juin 2010. Elles se contactent par courrier et par téléphone, mais depuis cet été 2011 elle n’a plus trop de nouvelles.  

    ————————————

    Sandrine, est Marraine, depuis Mars 2011, d’une petite Tristriana âgée de 7 ans, qui vit à Oglala.

    Elle a rapidement obtenu une réponse à son courrier. Ce parrainage se passe bien. Sandrine a eu la chance de rencontrer sa filleule et sa famille cet été sur la Réserve. Un grand moment d'émotions.

    ————————————

    Anne-Marie, est Marraine, depuis deux ans, de Dreighton âgé de 8 ans, et de sa cousine Echo Jade âgée de 11 ans.

    Si les premiers contacts avec Micky, la mère du petit étaient plutôt froids, c’est avec la grand-mère qu'Anne-Marie s’entretient la plupart du temps. Mais avec le temps et de la persévérance, Anne-Marie a su trouver sa place, un rapprochement et une complicité avec la famille. Elle a même reçu récemment une lettre de Micky. Mais les bureaux de postes vont bientôt être déplacés, et il sera alors difficile à la famille de se rendre plus loin pour recevoir et envoyer les courriers.

    ————————————

    Geneviève, est Marraine d'une grand-mère, Karen Between Lodge, qui vit à Kyle, et qui s’occupe de ses 9 petits-enfants, âgés de 2 à 17 ans.

    Ses 4 enfants vont et viennent… Bien que Geneviève ait reçu une lettre, il n’y a pas vraiment de contact... mais elle s'engage à persévérer.

    ————————————

    Angélique, est Marraine d'une mamie, Ellowyn, qui vit à Porcupine.

    Ellowyn a de gros soucis de santé, elle est en attente d’un rein depuis un an et demi ; dialyse 3 fois par semaine… Après 1 an sans nouvelle, et plusieurs courriers envoyés, Angélique reçoit des nouvelles, par mail, par le biais d’une Journaliste, Trace de Meyer, qui est une amie d’Ellowyn. La maison d'Ellowyn est très ancienne, elle se transmet de génération en génération, et finit par tomber en ruine ; il faudrait faire d’important travaux.

    ————————————

    Françoise, est Marraine d'une fillette, Tapenga, âgée de 9 ans.

    Après une expérience décevante de parrainage d'enfants handicapés au Vietnam, Françoise a découvert, par hasard, le Site de l'Association "One Spirit" aux USA. Elle a immédiatement pris contact avec la Responsable du Parrainage qui lui a répondu très rapidement en demandant de préciser ses préférences quant à l'enfant (sexe, âge).

    Deux jours plus tard, elle recevait par e-mail le nom et l'adresse postale d'une mamie qui avait sollicité une aide pour sa petite-fille Tapenga. Françoise a pu entrer tout de suite en relation avec elle par e-mails.

    "Une confiance réciproque s'est vite installée, je suis fière et émue que nous soyons devenues amies.
    Tous les deux mois, j'envoie des vêtements neufs à Tapenga, en demandant toujours l'avis de sa grand-mère en ce qui concerne la taille et le choix, ainsi que des petits cadeaux pour les occasions spéciales. Tapenga a une petite soeur de 5 ans, Patricia, qui manifestait une certaine jalousie. Aussi la mamie m'avait demandé de ne plus rien envoyer. Mais je lui a proposé de parrainer les deux fillettes, et elle a tout de suite accepté.
    Un jour la mamie m'a demandé mon adresse, je n'y ai pas prêté attention, mais quelle ne fut pas ma surprise, de recevoir deux semaines plus tard, un colis des USA ! Il contenait un T-shirt et une casquette pour mon fils, et une ravissante paire de boucles d'oreilles pour moi-même.
    Le fait de connaître l'anglais et de pouvoir échanger par e-mails a dû contribuer à la réussite de ce parrainage qui m'apporte beaucoup !
    Récemment, j'ai même pu téléphoner à celle que j'appelle désormais mon amie."
    Françoise Brassart

     

    2011 : Témoignages de nos Adhérents Parrains/Marraines !

     

    Voici la traduction d'un texte de Patricia Catches The Enemy : VALEURS CULTURELLES !

    Un coup d'œil en arrière dans l'histoire me rappelle l'une des plus importantes Valeurs Culturelles qui nous manque aujourd'hui. C'est non seulement une leçon, mais un mode de vie que nous avons besoin de re-dynamiser : nous devons nous mobiliser pour accepter cette Valeur Sacrée, regarder autour pour voir lequel d'entre nous a le plus besoin de notre aide, et tendre la main pour aider. Après tout, c'est une attitude qui n'a plus cours de nos jours. Que ce soit celle de votre père ou du mien, la Valeur Culturelle réelle de toute la Nation est de travailler ensemble pour quelque chose qui durera pendant des générations. Dans le cas des Lakota : une maison pour une famille. Surtout, en cette ère de technologie où l'on devient dépendant du pétrole, de l'électricité, des ipods, via les satellites et où nul ne connaît plus son voisin. Nous vivons dans une jungle de ciment !


    À titre d'exemple, mon père était un homme réellement bon, honnête, travailleur et dévoué à rendre le Monde meilleur pour son Peuple. J'ai grandi dans un Monde de pauvreté, mais nous avons eu la nourriture sur la table chaque jour, nous avions une maison construite à la main par des hommes d'une génération où l'on travaillait durement dans les champs. Ils construisaient à la force de leurs bras et non à l'aide de machines. Oui, nous étions pauvres, mais nous étions heureux parce qu'à cette époque nous n'avions pas besoin d'électricité ou de propane ou d'huile pour nous chauffer en hiver, et nous ne dépendions pas de l'argent pour notre subsistance. Ces jours sont révolus, mais ils nous ont laissé un héritage qui, je crois, existe encore aujourd'hui, même si c'est un mouvement silencieux. Un mouvement qui intègre l'ensemble de ce caractère Sacré du passé qui nous a façonnés, et a fait de nous ce que nous sommes à présent.   

    Je suis la fille de Petaga Yuha Mani, mieux connu sous le nom de "Pete Catches" dans le monde non indigène. Lui et ma mère ont perdu ce don précieux de travailler ensemble. Je les ai vus transmettre le savoir qu'ils détenaient de leurs parents et qui m'a été transmis. Maintenant, je me dois de transmettre à mon tour cet héritage. Et donc, en gardant ce feu d'amour ou de mission d'amour, je parle au nom de la mission de l'Amour (Mission of Love), n'est-ce pas ce que nous sommes, là pour ça ? Nous ne venons pas «ré-évangéliser»,  mais nous venons vous proposer notre aide, à vous et vos familles, parce que nous avons vu que vous aviez besoin d'une maison pour élever vos enfants, et nous travaillons avec vous, côte à côte pour vos petits enfants, au-delà des considérations politiques, des barrières bureaucratiques, des doutes et des malentendus culturels, de sorte qu'en travaillant ensemble, nous en tirons tous deux des avantages, et réalisons que nos douleurs sont les mêmes. Ainsi, nous contribuerons à sauver notre Monde.

    Vous trouverez un autre texte de Patricia Catches the Enemy : Trees of Love
    http://www.missionoflove.org

     

    2011 : Témoignages de nos Adhérents Parrains/Marraines !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :